Prix Weston

À propos de Garfield Weston

Garfield Weston trouvait une grande source d’inspiration dans ces mots d’un poème d’Ella Wheeler Wilcox : « C’est le jeu des voiles et non le souffle du vent qui détermine le cap du navire. » Il en a fait sa devise, affrontant les défis que la vie nous réserve avec une énergie inépuisable et un optimisme inébranlable.

Fils aîné de George et Emma Weston, Garfield Weston naît en 1898 au-dessus de la boulangerie de son père. À l’école, il joue dans les équipes de football et de hockey et obtient ses meilleures notes en art oratoire. Impatient de prendre part à la Première Guerre mondiale, il s’enrôle à 18 ans dans le Corps royal canadien des transmissions. Il aidera à conduire un convoi à six chevaux en France et à installer les câbles nécessaires aux communications télégraphiques sur les champs de bataille. Pendant ses permissions, il visite les boulangeries d’Angleterre pour en apprendre davantage sur l’entreprise familiale dans laquelle il a grandi et qu’il intégrera à son retour.

Débuts dans l’entreprise familiale
Après la guerre, Garfield Weston rentre à Toronto et se joint à 21 ans à la petite entreprise familiale, la George Weston ltée. Cinq ans plus tard, soit à la mort de son père, il en devient président et directeur général et amorce bientôt son expansion en acquérant de petites boulangeries au Canada et aux États-Unis. En 1935, il poursuit cette expansion en Grande-Bretagne et, plus tard, en Australie, en Afrique du Sud et en Europe.

Une passion pour le Canada
Tout au long de sa vie, Garfield Weston a cultivé une véritable passion pour le Canada et ses concitoyens, manifestant cet engagement en mettant tout en œuvre pour leur venir en aide. Pour soutenir les fermiers des Prairies ruinés par la Crise de 1929, par exemple, il réussit à convaincre les boulangers britanniques d’utiliser du blé canadien.

Aide à la jeunesse canadienne
Lui-même père de neuf enfants, Garfield Weston s’est particulièrement dévoué pour la jeunesse. Il était persuadé que les jeunes Canadiens sauraient bâtir un grand pays s’ils élargissaient leurs horizons par l’éducation et les voyages. Dans les années 1950, il a organisé des voyages qui permettaient aux adolescents canadiens et britanniques de visiter leur pays respectif. C’est ainsi qu’en 1953, cinquante jeunes Canadiennes ont assisté à Londres au couronnement de la reine Élisabeth II. « L’esprit d’aventure vit toujours même s’il a changé de visage, disait-il. Il reste en ce monde de nombreux défis à relever pour les jeunes Canadiens désireux de faire honneur à leur patrie. »

Soutien à l’excellence 
Garfield Weston avait écrit ces mots à l’intention de ses petits-enfants : « Que votre vie ressemble au périple d’un navire en haute mer, riche d’aventures et de vaillants exploits. » Les prix Garfield Weston d’excellence en éducation ont été créés pour témoigner de cet engagement en faveur des jeunes Canadiens, soutenir leur quête d’excellence et les inciter à gouverner leur propre navire.